L’initiation féminine Par Olivier Manitara

16 Oct

Pour Olivier Manitara, la force créatrice de l’univers contient à la fois une polarité masculine et une polarité féminine. Cette dernière a été niée par les grandes religions en place. Les temps viennent où les femmes doivent renouer le dialogue avec la Mère du Monde, la Féminité vivant dans la terre, avec Dieu la Mère.

La nouvelle époque de la Mère du monde sera celle de Dieu la Mère. La femme prendra alors sa véritable dimension. La femme sera la porte de la nouvelle humanité. II ne s’agit pas d’une supériorité du côté féminin sur le côté masculin, mais d’une union harmonieuse et respectueuse de Dieu la Mère et de Dieu le Père en chaque homme et femme. L’homme et la femme sont des compagnons sur le chemin de la vie et de la créativité. La femme doit reprendre la place qui est la sienne en tant que Mère de l’humanité, gardienne du feu sacré du foyer, protectrice de la vie dans tous les règnes.

Aujourd’hui encore la femme n’a pas pris la place qui lui revient dans le monde. Dieu la Mère est ignorée. Où sont ses prêtresses, ses représentantes ?
Que les femmes se lèvent pour affirmer la divinité de la maternité, voilà ce que la Mère du monde attend de nous. Etre père, être mère, c’est devenir responsable de tous les hommes, de toutes les créatures du monde. La Mère universelle porte tous les êtres en son ventre. Elle les nourrit de son sein, les habille de son amour et les conduit vers la lumière de l’être véritable. Toute mère est mère en elle. Elle est la gardienne de la maternité et transmet ce savoir à toutes les mères.

Si la Mère est bafouée, si elle n’a pas son mot à dire, si toute initiative lui est retirée, alors le déséquilibre entre dans le monde, l’être de la peur triomphe et les cohortes de démons entrent dans toutes les activités des hommes. Toutes les cultures qui n’ont pas honoré Dieu le Père et Dieu la Mère dans l’harmonie ont sombré dans la déchéance à tous les niveaux de la vie.

La Mère doit être respectée et honorée au même titre que le Père. La femme doit pouvoir exprimer la féminité au sein même de la vie.

II est fondamental que les femmes se préparent par l’initiation à la Mère du monde à prendre le destin de l’humanité en mains. 
Qui d’autre pourra le faire ? Les hommes? Pendant des siècles, les hommes ont humilié les femmes et maintenant ils ont perdu leur génie. Seules les femmes initiées au mystère de la Mère pourront faire entrer la douceur, l’amour, la tendresse dans un monde de plus en plus violent. La politique est un monde d’hypocrites qui se gargarisent de résultats médiocres. Nos enfants souffrent, nos animaux, nos plantes, la nature souffrent… La Mère ne peut l’accepter dans son coeur sans se révolter, de sa conscience endormie doit jaillir l’étincelle de l’éveil, sa voix doit s’exprimer, sa volonté doit se tendre : personne ne fera de mal à ses enfants. Alors les hommes, les fils de la Mère se redresseront et s’appuyant sur elle, ils bâtiront la nouvelle vie dans laquelle aucune force sombre ne sera tolérée. Même l’homme le plus violent, le plus grossier est désarmé devant la sagesse, la force et la beauté d’une mère protégeant son enfant.

Combien de temps faudra-t-il aux hommes pour ouvrir leurs yeux et leur coeur dans la vérité universelle ? Une mère portant son enfant dans son ventre, le mettant au monde, lui donnant le sein, l’élevant à travers des caresses et de douces paroles du coeur nous montre le vrai chemin de la sagesse et de la vie digne et belle. La plus haute sagesse est contenue dans le corps de la femme. Tout ce qui émane de la Mère vers son enfant est pure beauté, noblesse, bonté. La femme est l’ins-piratrice et la gardienne de toute culture et de toute impulsion civilisatrice. Que l’homme prenne ce flambeau et l’élève jusqu’au ciel afin d’allumer de nouvelles étoiles dans le firmament. Une ancienne légende johannite raconte que chaque étoile dans le ciel est le souvenir étincelant d’un héros sur la terre. L’initiation à la Mère du monde redonne à la femme la connaissance des profonds secrets de son corps. Elle lui indique comment éduquer ses enfants pour les conduire vers les hautes lumières du ciel. Une culture brille par ses génies et ce sont les femmes qui les fabriquent. L’éducation extérieure n’est qu’un verni posé sur du bois pourri. Aucune oeuvre grandiose, aucune vie exaltante ne peut émaner d’une telle éducation. II vaut mieux reconnaître qu’elle conduit à la médiocrité et au nivellement par le bas. C’est en nourrissant le coeur, l’intelligence, la vie intérieure, l’âme et l’esprit que l’on obtient une haute époque.

Lorsque la tradition rapporte que Marie a été la Mère de Dieu, cela signifie que cette femme était une vraie fille de la Mère du monde et qu’elle avait été initiée au mystère de la Mère par les esséniens. Mettre au monde un homme-Dieu est le rôle de la véritable éducation. Tous les enfants sont porteurs de la flamme de la divinité et c’est le rôle de l’éducation authentique que de lui permettre de s’épanouir et de se manifester. La femme, de par son corps, sait comment conduire tout ce qui est obscur, noir, sombre dans la lumière. Son enfant est dans le noir de son ventre et progressivement elle l’amène vers la lumière. Elle lui fabrique un corps et nourrit son âme. Elle est la gardienne de l’évolution.

Le piège du monde moderne se cache dans le fait que la femme est naturellement poussée à imiter l’homme pour réussir et s’imposer. Ainsi elle perd son originalité, son essence, son âme, sa force, sa spontanéité. Elle devient un médium, un “Channel” de l’homme. Seule l’initiation à la Mère du monde peut renouer la femme extérieure avec la féminité intérieure et permettre enfin aux femmes d’offrir au monde une

expression libre et naturelle d’elles-mêmes. Alors la voix féminine pourra s’élever forte et puissante pour faire connaître son point de vue.

L’autre piège vient de l’uniformisation. On nous fait croire qu’il n’y a qu’une intelligence, qu’un point de vue et qu’il se situe au-delà du sexe. Bien entendu c’est le point de vue de l’homme malade. L’homme peut plus facilement s’imposer à cause de son agressivité, de sa violence. La femme est par essence plus douce. Nous assistons donc à une véritable dictature sous des apparences de démocratie. Non seulement la voix des femmes doit être prise en compte, mais aussi celle des enfants. Je vous le demande, quelle femme voudra voir partir son mari et ses enfants à la guerre ? Quel enfant souhaitera voir son papa participer à un massacre ? Ayons le courage et la lucidité de reconnaître que nous sommes dans une démocratie en marche. Une vérita-ble démocratie doit inclure les femmes, les enfants,

les animaux, les végétaux, les minéraux dans le choix des actes qui déterminent la destinée.

” Seule l’initiation à la Mère du monde peut réunir la femme extérieure à la féminité intérieure. Les femmes pourront alors s’exprimer librement et naturellement “
Tous les enseignements sacrés de l’humanité nous rappellent que nous devons honorer le Père et la Mère du monde. Père et Mère signifient que toutes les créatures participent à la même vie et que c’est l’amour et la sagesse filiale qui les unit. A chaque fois que les hommes n’ont pas honoré cette loi, cette grande idée, les forces de destruction se sont toujours manifestées. La séparation de l’humanité en plusieurs peuples a apporté la guerre. La domination d’un sexe sur un autre a engendré la dégénérescence du génie. La tyrannie, l’oppression du faible a toujours été le messager de la destruction. L’Europe était majoritairement antisémite en 1939 et elle a été détruite. Seules les femmes ont le pouvoir de s’opposer à la tyrannie au nom de l’amour maternel et de l’initiation à la Mère du monde. Une femme ne peut pas être antisémite car tous les êtres sont ses enfants. Ainsi elle connaît l’amour qui ouvre un chemin à la connaissance et à la réalisation supérieure que le monde ne connaît pas. Une femme ne peut pas être militaire, elle ne peut pas porter une arme. Les armes sont des inventions des êtres de la peur à travers les hommes. Par leur intermédiaire, l’homme se délivre de l’énergie de la peur qui l’assaille. L’utilisation des armes est un moyen de fuir la peur, de l’évacuer pour la conscience masculine. La femme se guérit de la peur en regardant ses enfants. Elle n’a pas besoin d’arme.

Je sais qu’il y a des femmes racistes, des femmes avec des armes, mais c’est une maladie engendrée par la séparation de la conscience avec la Mère du monde. Une telle femme s’est faite voler toute sa force d’âme. Elle est faible. La toute puissance pour une femme est ailleurs.

Ce n’est absolument pas être contre la liberté de tenir de tels propos car la liberté ne consiste absolument pas à faire n’importe quoi et surtout à obéir aux autres. Etre libre, c’est être en accord avec sa nature profonde.

Que la femme éveille sa propre pensée, qu’elle plonge dans son coeur, dans son corps de mère et qu’elle nourrisse sa pensée, sa parole, ses actes du feu de son âme. Alors la nouvelle époque, celle de la Mère du monde, pourra apparaître et vivre au milieu de nous. Que toutes celles qui ont des oreilles viennent recevoir l’initiation de la Mère du monde.

 

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: