Ami veut dire DIEU, par: Olivier Manitara

16 Jul

Dans sa chanson «L’Auvergnat», Georges Brassens chantait l’amitié plus forte que tout. C’est de cette amitié-là dont Olivier Manitara nous parle ici, de cette force qui nous aide à dépasser tous les obstacles. Ce feu du coeur, qui fait que tous les hommes sont frères.

Il y a à l’intérieur de nous, et aussi autour de nous un être, une présence, quelque chose qui est toujours là, qui ne nous juge pas, qui nous soutient et nous porte. La qualité principale de cette présence est le non-jugement. Il y a dans le non-jugement une grande beauté, une paix profonde.
Mais dans le jugement, que de crispation ! Que de peur d’être regardé, d’être découvert, d’être faible devant les autres ! Nous entrons pourtant dans le monde comme un enfant… et il n’y a rien de plus faible qu’un enfant. Dans les premiers jours de notre vie, de quoi avons-nous besoin ? Pas de jugement, mais plutôt de bras, d’un sein, d’amour, nous avons besoin d’un coeur qui bat derrière une poitrine. Nous avons besoin d’un ami… Et dans l’ami, quel qu’il soit, le vrai Ami, celui qui est là, sans jugement, présent, c’est Dieu. Car Dieu, c’est celui qui est toujours là, nuit et jour, à chaque instant, pour toi : il t’aime et il ne te juge pas, il ne te limite pas et quoi que tu aies fait, il a confiance en toi.
Cet Ami qui est à l’intérieur de nous, est aussi à l’intérieur de l’autre. Car il n’y a pas deux amitiés : c’est la même amitié qui vit en tous les êtres. C’est le pain qu’a partagé le Christ en disant : «Tenez, ceci est mon corps; tenez, ceci est mon sang.» Il disait : il n’y a qu’un pain, il n’y a qu’une terre, il n’y a qu’un blé, il n’y a qu’une façon de faire le pain, qu’une façon de cultiver la terre… Et le miracle de l’homme, c’est de pouvoir se rencontrer luimême dans ses multiples facettes. Chacun est joyau de Dieu, pierre précieuse inestimable et unique au monde, et nous faisons partie d’une seule couronne.
Cet Ami, nous devons le trouver à l’intérieur de nous, et aussi en l’autre. Ainsi nous n’avons pas d’ennemi, car l’Ami a deux mains : d’une main il te dit oui, de l’autre il te dit non. Car quel est l’ami qui dirait oui à tout ? Ce ne serait pas un ami. On doit aussi pouvoir compter sur son ami pour nous dire lorsque nous sommes dans l’erreur, que nous faisons fausse route. A travers «l’ennemi», c’est l’ami qui nous redresse et nous confronte à nousmêmes. Seul un véritable ami peut faire cela. C’était le sens de la parole du Maître Jésus : «Quand on te frappe sur une joue, tends l’autre joue.» C’est-à-dire : cherche pourquoi l’intelligence de la Vie t’a frappé, la raison, la cause. Et transforme-toi, réorganise ta vie. Arriver à regarder tout ce qui nous entoure sans jugement est une discipline que nous devons adopter dans notre propre intérêt. Car bien souvent, lorsque quelqu’un va mal, ses «amis» se comptent sur les doigts d’une main. Un véritable ami est présent, il est disponible, car il a trouvé le Maître, l’Ami à l’intérieur.
L’enseignement de l’Ami, c’est l’amitié : le soutien mutuel, l’amour, la guérison, la vision juste, c’est de prendre soin. Que de jugements condamnants aujourd’hui ! Les jeunes sont tellement concentrés sur le corps, les vêtements, en train de s’identifi er à des choses qui n’ont aucun intérêt. Le monde est tellement crispé à cause de cela, dans la peur d’être regardé et jugé. Qui n’a pas souffert d’un regard condamnant ? Si un homme a une faiblesse, on met tout de suite le doigt dessus !
Par manque de sagesse, les hommes ont laissé s’installer l’esprit de critique, l’esprit de compétition, l’esprit de domination. On regarde une vache comme un ensemble de morceaux à découper. L’homme regarde le monde en voulant toujours tout prendre, mais pour faire quoi ?
Nous vivons dans un même monde, respirons le même air, vivons de la même lumière, avons les mêmes peurs. Cela pourrait être une base d’entente, de compréhension mutuelle : le même être vit à travers tous les êtres. Nous devons être des amis pour toutes les créatures du monde, pour les plantes, les animaux, les pierres, l’air, les arbres, les pensées. Et chercher l’Ami en soi, en l’autre, dans la nature et en Dieu. Car Dieu veut dire Ami, et être uni avec Dieu, c’est être avec tous les êtres, dans la compréhension de tous les êtres. Dans la con- naissance, plus de peur, plus de rejet. Les hommes pensent : «J’aime l’odeur de la rose, mais je n’aime pas l’odeur du fumier.» Mais sans le fumier, il n’y a pas de rose. Cultiver cette vision est une voie : l’amitié en soi, en l’autre, l’amitié avec la nature, avec Dieu. C’est être un véritable Bogomile, un Ami de Dieu.
Les hommes sont devenus fous, ils ont tout perdu. Ils se prennent pour les champions du monde, ils pensent qu’ils ont la culture des cultures, ils pensent être arrivés au plus haut niveau d’évolution. Ils travaillent à un avenir technologique, robotique où plus personne ne se parlera face à face… et pensent trouver le bonheur grâce à celà ! Alors qu’il suffi t de s’asseoir et d’être vrai, de regarder à l’intérieur de soi et de glorifi er ce qui est grand et beau dans la vie, de se mettre en chemin, de s’observer, de se regarder, de s’analyser, de se redresser.
L’Archange Ouriel dit à l’homme : «Tu es un joyau unique». L’homme est un joyau parmi d’autres joyaux, il est un avec tous les êtres et ne devrait jamais se couper des autres. Quand le Christ a lavé les pieds de ses disciples il leur montrait qu’il était avec eux mais aussi dépendant d’eux. Le Christ humilié, torturé et crucifi é, c’est Dieu à la merci, c’est Dieu qui s’offre à l’homme comme un ami. Et l’homme fait ce qu’il veut de l’Ami.
Le monde minéral se donne sans restriction pour nous porter, pour construire nos maisons, notre corps; de même que le monde végétal et le monde animal, de même que certains hommes. C’est pourquoi le côté social est fondamental. Les hommes et femmes éveillés doivent aller dans les hôpitaux, les prisons… dans tous ces endroits où les hommes souffrent, et être l’Ami pour tous, être actifs et dynamiques, apporter une aide. On n’est pas obligé de s’y rendre physiquement, mais de prendre du temps pour penser à ceux qui sont dans la détresse, pour les visiter et leur ouvrir le chemin de la lumière d’amour. La pensée est une force qui engendre toujours une énergie et une action. Le Christ a dit : «Ce que tu as fait à l’autre, au plus petit, c’est à moi que tu l’as fait.» Se comporter avec bonté, poser un regard bienveillant sur l’autre c’est recevoir la bonté à l’intérieur, c’est vivre en harmonie. En chaque chose il y a un côté divin et c’est sur lui qu’il faut concentrer le regard.
Cela ne signifi e pas que le côté négatif doit être ignoré, bien au contraire, mais il doit être mis à sa juste place. C’est cela le véritable discernement : voir les choses telles qu’elles sont et les mettre en ordre.
Le divin se trouve toujours au centre alors que le négatif appartient à la périphérie, à l’apparence, au côté superfi ciel. Plus un être s’approche du centre, plus il rencontre l’Ami en lui et aussi autour de lui. Plus un être vit superfi ciellement plus il devient faux, malheureux, négatif. L’amitié consiste à se tenir au centre de soi-même en union avec le divin omniprésent et à percevoir le centre en l’autre. Alors la bonté, le respect, le soutien mutuel, le partage harmonieux peuvent circuler entre les êtres.
L’obscurité, la discorde, la haine se nourrissent de l’obscurité alors que la lumière se nourrit de la lumière. En percevant le côté lumineux en soi et en l’autre on fait naître la lumière partout. C’est de cette lumière dont la terre et l’humanité ont besoin aujourd’hui. Ce n’est pas une utopie mais bien une réalité que chacun peut expérimenter : si on te regarde avec les yeux de l’amour alors tu deviens un roi ou une reine et la vie devient belle. Bien sûr il y a des problèmes à résoudre mais même un problème peut être regardé de différentes façons : avec rejet ou avec sagesse et compréhension profonde. Il est des charges qui peuvent devenir sources d’une joie intense car on a le sentiment d’être utile à ceux qu’on aime, d’être utile au Tout.
Si nous nous approchons de l’Ami alors nous sentirons son aura et nous entrerons dans son amour. Alors nous deviendrons véritablement responsables de nous-mêmes et du monde, car l’Ami ne peut rester indifférent à tout ce qu’il voit, à tout ce qu’il entend, à tout ce qu’il ressent. Il veut prendre soin et conduire toutes les énergies vers l’harmonie.
Pendant les grandes épidémies, beaucoup d’hommes fuyaient, mais certains prenaient tous les malades dans leurs bras tous les jours, les soignaient et guérissaient sans tomber malades eux-mêmes. Pourquoi ? Parce qu’ils étaient actifs et dynamiques, dans la créativité et non dans la passivité.
Quand tu trouves ton ami, alors tu l’écoutes, tu fais ce qu’il te dit, parce que c’est le trésor de la vie, c’est l’amour, l’amitié, c’est Lui à l’intérieur. Si tu ne l’écoutes pas, alors tu trahis l’amitié, et que te reste-t-il alors ?
Dans une société fondée sur l’amitié, avec une éducation développant Lui à l’intérieur, il n’y a plus de dogme, plus de concept faux. Imaginez : vous sortez de chez vous et toutes les créatures du monde sont vos amis… Ami veut dire Dieu, c’est le chemin que j’enseigne.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: